top of page
dFichier 11X.png
dFichier 11X.png

CR PARTIEL DU CONSEIL DU 25 MARS : ICEBERG EN VUE !

Au conseil du 25 mars, les points majeurs de l’ordre du jour concernaient le budget avec le

vote de clôture de 2023 et l’ouverture de celui pour 2024…

Nous avons naturellement validé le compte de gestion, émis par la trésorerie générale, qui

sanctionne l’exécution comptable des opérations. C’est le reflet de la qualité du travail des

services, qui fort heureusement assurent la valeur technique de cette essentielle partie du

fonctionnement d’une commune.

Ensuite, nous avons une nouvelle fois pu assister à un exercice d’autosatisfaction de la

part de M. le Maire qui, comme de bien entendu s’accorde à trouver tout à fait normal de

persister dans une gestion approximative des deniers de la commune. Selon lui, c’est

toujours la conjoncture et les interactions extérieures qui sont la cause de cette dérive sur

le fonctionnement !...

Dans la continuité de 2023, le résultat est particulièrement inquiétant en recettes puisque

celles-ci fondent comme neige au soleil et que les dépenses n’arrivent pas à être

contenues. De fait, la capacité d’autofinancement de la commune est mise à mal. Il ne faut

pas se laisser berner par le résultat en trompe l’œil de la partie investissements, car la

commune a souscrit un emprunt de 3M€ fin 2023 et n’a pas su exécuter plus de 50% du

budget prévu en dépenses !!!!

Comme nous l’avions déjà fait en 2023, nous avons tenté d’ouvrir les yeux à M. le Maire

sur l’impérieuses nécessité de mener un travail d’identification des pistes de rationalisation

des dépenses de fonctionnement.

Ne sachant quoi répondre, celui-ci s’est perdu dans un monologue de presque 20 mn,

sans queue ni tête, concluant malgré lui sur une reconnaissance du fait que « nous

n’avions pas tort » (nuance sémantique importante). Tout ce « bla, bla », sans toutefois

rien n’annoncer de ses intentions ! Mais en a-t-il vraiment ?

Concernant le budget primitif, et comme chaque année, nous avons eu droit à un grand

moment de dramaturgie sur les éléments extérieurs de la commune qui selon M. le Maire

sont les seuls responsables de ses propres errements… A l’issue d’un discours à nouveau

sans fin, chacun a pu apprécier qu’en fait, les actions menées par la commune n’étaient

pas volontaires, mais subis et faute de savoir maitriser et anticiper les changements

conjoncturels, M. le Maire n’avait aucune raison de changer sa façon de faire !...

Ce manque de clairvoyance et de pragmatisme prive la commune d’une réelle capacité

d’action et plus le temps passe, plus les opérations correctives seront douloureuses….

Souhaitant apporter notre contribution aux possibles voies d’amélioration de la situation,

nous nous refusons de cautionner la poursuite de la posture démagogique consistant à

geler les taux d’imposition. Répondre aux besoins d’équipements de la population induit

naturellement sa contribution à l’effort.

Maintenant que la taxe d’habitation est compensée par l’état, il ne reste à la commune que

la taxe foncière comme moyen de piloter ses recettes. Celle-ci adressant forcément une

frange de la population qui n’est pas forcément la plus à plaindre, puisque propriétaire de

son logement…

Nous avons donc démontré qu’avec une hypothèse d’augmentation du taux de taxe

foncière de 1%, la commune disposerait de 60K€ supplémentaire sur son budget de

fonctionnement.

Sachant que ce taux est gelé depuis plus de 10 ans, on imagine aisément qu’il y a là une

marge de manœuvre importante. D’autant que cette recette reste largement en dessous

de celle habituellement constatée dans notre strate de commune : 577 € à Brindas contre

815€ en moyenne par habitant dans les communes de même taille.

Pour justifier son immobilisme, M. le Maire a tenté de nous expliquer qu’il était plus juste

d’augmenter le prix du repas de la cantine scolaire, que le taux de la taxe foncière !...

Chacun se fera son opinion sur le niveau de clairvoyance de l’édile.

Bien entendu nous n’avons pas voté le budget primitif pour 2024, celui-ci étant

dangereusement irréaliste :

- Outrancière dérive du coût pour l’extension de l’école, qui va dépasser 9 M€… pour

un engagement de 5 à 5,5M€ ! (voir CR du conseil, délibération D.2021-14 de Mars

2021)

- Aucun plan de secours si la vente prévue d’un terrain communal pour 1,8M€, dont

le permis de construire a été jugé non conforme à la réglementation, ne se réalise

pas !

- Nouveau recours à l’emprunt pour plus de 2 M€, alourdissant de fait la charge de la

dette dans le budget de fonctionnement. N’oublions pas qu’avec l’excédent de

fonctionnement constaté aujourd’hui, il faudrait 20 ans pour le rembourser !

- Des projets de réduction des dépenses d’énergie sur les bâtiments communaux

absolument pas à la hauteur du problème…

Bref autant d’approximation et de défaut de maitrise de la dépense publique nous obligent

à dire que le budget présenté est totalement inadapté à la situation, donc inacceptable….

Nous laissons à chacun le soin d’apprécier ...

De même nous nous sommes opposés aux fondements de la 4ème modification de

l’autorisation de programme pour l’opération d’extension du groupe scolaire. Aux mêmes

causes, les mêmes effets. Malgré notre demande insistante pour avoir des explications

claires des raisons de cette fuite en avant, M. le Maire, donnant la mesure de sa réelle

implication, a rapidement passé le ballon à la directrice des services. Comme de bien

entendu, celle-ci n’a pas su nous convaincre d’une quelconque raison évidente et

suffisante de cette dérive. En conclusion nous pensons qu’il manque cruellement un vrai

pilotage de ce projet par une personne compétente pour en assurer le suivi et partager

avec les autres élus ses interrogations … Une nouvelle expression de l’indolence dans

laquelle cette majorité se complet !

A été unanimement voté la proposition faite par le groupe « Brindas avec Vous » pour

l’organisation par la commune d’un référendum sur la vente d’un terrain communal, situé

au parc des sports rue de la rivière d’Yzeron, pour accueillir l’établissement spécialisé

Alzheimer de Pollionay. M. le Maire a rappelé que pour que cette action ait force de

décision communale, au moins 50% du corps électoral doit se prononcer. N’oublions pas

que lors du deuxième tour des dernières élections municipales, il y a eu 57,19%

d’abstention !...

Seule une mobilisation exceptionnelle aura raison d’une majorité qui, notamment en

bradant le patrimoine communal, mais aussi en laissant filer les finances, obère l’avenir de

la commune.

Pour les autres sujets nous avons voté favorablement, sans toutefois prendre part au vote

concernant la désignation de candidats de la majorité à des postes lui revenant (le comité

de jumelage n’est pas une commission)

Pour conclure ce conseil marathon, 4 élus de la majorité ont courageusement fait valoir

leur désapprobation du comportement et de la posture de M. le Maire à leur encontre. Ils

ont donc annoncé leur désolidarisation de cette majorité aux méthodes autocratiques. La

réaction de M. le Maire à ces annonces a été malheureusement aussi pauvre que pour le

budget à la limite de l’indifférence

Cette fin de mandat s’annonce plus que complexe et nous nous inquiétons des dégâts que

cette majorité va laisser en héritage à ses successeurs.

187 vues

Kommentare


Pour aller plus loin

Naviguez plus simplement en découvrant les derniers posts du blog en cliquant ci-contre ou en vous rendant directement sur les différentes rubriques du blog :