dFichier 11X.png
dFichier 11X.png

CR PARTIEL DU CONSEIL DU 02 MAI 2022


Selon l’ordre du jour proposé pour ce nouveau conseil, il est à noter que l’essentiel les points concernait des sujets d’ordre administratif. Sur l’ensemble, nous avons adopté un positionnement d’approbation unanime.

Nous regrettons toutefois l’inconsistance des convictions qui animent M. le Maire sur le point concernant la signature du contrat de Mixité Sociale entre la Commune, l'État, la CCVL, l'ÉPORA et les principaux bailleurs sociaux intervenant sur le territoire.

Nous devons constater un méli-mélo d’affirmations fait de pensées contradictoires. Cette forme de démagogie se traduit par d’un côté, un positionnement affirmant l’impérieuse nécessité de faire des logements sociaux, position louable, et de l’autre, des propos qui virent en une sorte de procès d’intentions à l’encontre des services de l’état, tentant de nous expliquer que la volonté affirmée de construire des logements sociaux n’est qu’une façade et en fait la seule réaction aux injonctions de l’état sur ce sujet.

Ceci est d’autant plus navrant qu’en parallèle il nous a été donné de participer, les jours suivants, à une réunion de la CCVL, en présence de Monsieur le sous-Préfet accompagné de ses services, qui ont unanimement réaffirmé leur souhait de travailler main dans la main avec les communes pour une mise en œuvre réfléchie et constructive, au plan local, des directives édictées au plan national.

Parmi les maires présents à cette réunion, l’absence de celui de Brindas témoigne de son manque notoire d’intérêt pour le sujet.

Nous comprenons mieux alors le manque de réponse à nos questionnements, lors du conseil, sur certains éléments de la convention qui nous apparaissaient traduire cette volonté des services de l’état de développer une étroite collaboration avec les communes. Cela traduit un manque de courage de la part du Maire de Brindas : au lieu d’affronter le problème et d’être dans une position de dynamique volontaire, celui-ci préfère la posture du petit poussin « Caliméro » se cachant derrière la formule « c'est vraiment trop inzuste ! » et « c’est pas de ma faute ! » .

Cela ne préfigure pas l’existence d’une vraie volonté politique et laisse augurer une possible dérive urbanistique qui se traduit d’ailleurs déjà avec la prolifération de projets non coordonnés sur le haut du village. Entre les Verchères, dont les recours sont épuisés et qui devraient enfin démarrer, le Morillon qui s’est fait sans réfléchir aux conséquences sur la circulation et bien d’autres dans le même secteur, la physionomie du village va se métamorphoser à vitesse accélérée avec immanquablement des conséquences sur la maîtrise de la trajectoire d’alignement avec les impératifs de la loi SRU.


Dans ce désert d’initiatives politiques notons un point positif avec, enfin et après plus de 3 ans de tergiversations, la mise en œuvre effective de la réfection du clocher de l’église Saint Blaise.


Personne ne doit être dupe : derrières les belles paroles dont sait habilement se parer M. le Maire, se cache un manque flagrant de courage et de volonté d’action. Tous les sujets qui arrivent sur la table ne sont pas le fruit d’un stratégie murement réfléchie et pensée sur le long terme, mais le résultat d’un comportement uniquement mobilisé en mode réactif.


60 vues

Pour aller plus loin

Naviguez plus simplement en découvrant les derniers posts du blog en cliquant ci-contre ou en vous rendant directement sur les différentes rubriques du blog :