top of page
dFichier 11X.png
dFichier 11X.png

CR PARTIEL DU CONSEIL DU 29 JANVIER ..UN SIMULACRE DE DÉBAT !

Ce conseil était l’un des plus importants de l’année car le point essentiel concernait le Débat sur les Orientations Budgétaires, (DOB), obligatoire pour les communes de plus de 3500 habitants et permettant d’influencer la construction du budget voté deux mois plus tard.

 

Aussi quelle ne fut pas notre surprise en arrivant en séance, en nous apercevant que le maire et deux des principaux adjoints, comme de nombreux conseillers de la liste majoritaire, étaient absents. L’adjoint à l’urbanisme dût s’improviser président sur un sujet qu’il ne maitrisait pas forcément. A Brindas, aucun adjoint n’est en charge des finances.

 

Il ne nous revient pas de sonder les reins et les cœurs pour savoir si ces absences étaient justifiées. Nous le supposons. Mais devant l’enjeu, la moindre des choses aurait été de reporter le conseil, plutôt que de procéder à un simulacre de débat qui décrédibilise la démocratie qui n’avait pas besoin de ça. D’autant plus que, comme bien souvent, la majorité des présents n’avait rien à dire, ou du moins la plupart n’ont pas osé l’exprimer.

 

Quant à nous, nous avions effectué un travail de préparation conséquent que nous avons versé à l’absence de débat. Voici les principales questions que nous avons posées et qui pour la plupart ont été « enregistrées » à défaut de leur apporter une réponse :

 

-        L’équilibre du budget 2024 repose sur la vente d’un terrain au Morillon pour 1,8 millions. Le projet étant contesté, a-t-on la certitude de l’obtenir ? Sinon quel plan B ?

-        Inscrit au plan pluriannuel d’investissement pour 1,5 millions d’euros (PPI), le pôle sportif, de l’aveu même de l’équipe municipale, n’a aucune chance de se réaliser pendant ce mandat. Ne vaudrait-il pas mieux affecter cette somme à d’autres projets, notamment pour accélérer les économies d’énergie pour les bâtiments municipaux ?

-        En matière d’économies d’énergie, ne faut-il pas « penser global » en incluant les deux gros chantiers de constructions que constituent les Verchères et le Morillon pour profiter d’économies d’échelle et accélérer la transition énergétique.

-        Nous avons interrogé l’exécutif sur l’évolution du coût de la construction de l’agrandissement du groupe scolaire : Comment se fait-il que depuis le début du projet le coût soit passé de 5,3€ à plus de 8 millions d’euros (+51%) alors que pendant les deux dernières années l’indice du coût de la construction n’a augmenté que de 11 % ?

-        Nous avons constaté une baisse des recettes en valeur absolue, due principalement à la baisse des droits de mutations (crise immobilière) mais aussi à une baisse des impôts en valeur réelle due à l’inflation. Faut-il ne pas réagir devant ce changement de conjoncture ? Changement de conjoncture qui affecte aussi le taux des emprunts contractés alors que cette hausse était parfaitement prévisible et que nous avions conseillé il y a longtemps de contracter, par anticipation, une ligne de crédit à taux fixe. On attend le dernier moment sans anticiper…

-        Nous avons exprimé notre scepticisme concernant les prévisions de dépense qui nous semblent largement sous-estimées.

-        `Pour finir, nous avons constaté que tout cela conduit, au minimum, à un ratio de remboursement de la dette par l’épargne brute, de 20 ans en 2024 et de 16 ans en 2026. Et encore, avec comme hypothèse la vente de terrains communaux pour 3,8 millions d’euros. Avec ces perspectives et dans le meilleur des cas, l‘équipe actuelle laissera en 2026 à ses successeurs, ou à elle-même, une situation financière sans aucune marge de manœuvre sur les investissements. Comment alors répondre aux besoins de la commune de Brindas, avec une population croissante et un patrimoine mal entretenu ?

 




 

58 vues

Comments


Pour aller plus loin

Naviguez plus simplement en découvrant les derniers posts du blog en cliquant ci-contre ou en vous rendant directement sur les différentes rubriques du blog :